Quels matériaux utiliser pour une maison passive ?

13
Partager :

On présente la maison passive comme une habitation qui consomme peu d’énergie. Pour arriver à ce résultat, on ne prend pas les matériaux classiques pour la construction d’une maison traditionnelle. Faisons un point sur cette maison et les matériaux utilisés pour sa construction.

Une maison passive, kesako ?

A lire aussi : Quand arroser mon citronnier ?

Lorsqu’on présente une maison passive, on parle aussi de maison basse consommation énergétique ou de maison BBC. Oui, la maison passive est une construction à basse consommation, mais ses besoins énergétiques sont encore moins importants que ceux de la maison BBC.

Pour vous donner une idée précise sur leurs besoins énergétiques, elles sont limitées à 50kWh/m² par an pour une maison BBC alors que pour une maison passive, elles sont inférieures à 15 kWh/m². De ce fait, les occupants de la maison passive profitent de factures d’électricité et de gaz à bas prix.

A découvrir également : Le portillon participe aussi à la décoration de votre maison

Pour la construction d’une maison passive, on sélectionne minutieusement les matériaux et les installations. Ces derniers sont spécifiques, ce qui fait que la maison passive est entièrement indépendante des sources d’énergie habituelles. De par ces matériaux et ses installations, la maison passive peut s’autoréguler toute l’année.

Les avantages d’une maison passive

La maison passive est une vraie tendance dans le domaine de la construction. On voit donc de plus en plus de ménages opter pour ce type de construction, mais quels sont ses avantages ? Il y a en premier lieu son autonomie intégrale face aux énergies fossiles.

En effet, pour assurer son chauffage, une bonne isolation et l’énergie solaire sont largement suffisantes. Oui, les coûts de construction sont assez élevés de par les matériaux, mais la rentabilité de la maison passive se ressentira sur le long terme.

On ne peut pas fermer les yeux sur le confort que peut offrir une maison passive. En effet, que ce soit en été ou en hiver, on profite d’un bon confort thermique et acoustique.

On en parle pas souvent, mais la construction d’une maison passive et la rénovation d’un logement en habitat passif présentent aussi des avantages fiscaux. Vous pouvez par exemple profiter du crédit d’impôt sur certains équipements fixés par arrêté ministériel.

Parmi ces équipements, on peut citer entre autres les chaudières basse température, les matériaux d’isolation thermique et de construction.

La construction des murs

Pour la maison passive, la règle pour les murs est simple : ils ne doivent comprendre aucun pont thermique et ils doivent être parfaitement étanches. De ce fait, on n’est pas seulement obligé de choisir de bons matériaux, mais il faudra également bien penser à la structure pour garantir une isolation optimale des murs.

Pour les murs d’une maison passive, on peut se permettre le bois, le béton, le métal, les briques ou même les parpaings.

L’idéal est bien sûr d’opter pour le bois, car il reste le meilleur des isolants. Cependant, si vous décidez de faire une maison passive en bois, il est important de confier le travail à une entreprise qui maîtrise bien la matière.

Un mauvais montage des murs aura une répercussion sur l’isolation. Il en est de même pour les parpaings, si les joints en ciment ne sont pas étanches et ne sont pas réguliers, les murs vont sûrement présenter un pont thermique.

Les matériaux pour maintenir la chaleur dans une maison passive

Oui, vous avez choisi un bon matériau pour la construction des murs. Ce n’est pas une raison pour négliger l’isolation, car elle assure le maintien de la chaleur tout en renforçant la qualité de l’isolation. Il faut commencer par l’isolation du toit, car c’est le premier point de déperdition de la chaleur. Il faudra par la suite poursuivre avec les murs et le sol.

Pour la construction d’une maison passive, le professionnel qui va intervenir peut proposer l’isolation par l’extérieur en plus de l’isolation par l’intérieur. Cette isolation extérieure se fait souvent par la pose d’un bardage sur le dessus de l’isolant.

Pour votre maison passive, vous pouvez sélectionner des isolants naturels comme le chanvre, le lin, le liège, la chènevotte ou la paille de chanvre ou le bois. Peu importe l’isolant naturel que vous avez choisi, il faudra bien faire attention à son épaisseur.

Pour le toit, ne descendez pas au-dessous de 40 cm d’isolation, pas à moins de 30 cm d’isolation pour les murs et plus de 20 cm d’isolation pour les dalles de sol.

Installer un système de ventilation

Les normes indiquent qu’une maison passive ne doit pas comprendre de courants d’air non contrôlés. De ce fait, on n’a pas de dispositif de ventilation naturelle dans une maison passive et la plupart des constructeurs professionnels de maisons passives proposent aux propriétaires une VMC double flux ou un système de ventilation intérieur.

Dans ce mécanisme, la VMC double flux fait entrer en continu de l’air frais de l’extérieur tout en supprimant l’humidité et l’air souillé à l’intérieur.

D’un autre côté, il y a le système de récupération de chaleur qui assure l’emmagasinage des calories de l’air expulsé. Ces dernières sont introduites dans l’air frais importé dans la maison, ce qui donne de l’air tempéré.

Qu’en est-il des portes et des fenêtres ?

L’idéal pour une maison passive est d’avoir des fenêtres et des portes en triple vitrage. C’est le dispositif qui assure une étanchéité optimale.

Il est à noter quand même que même si le triple vitrage offre une étanchéité optimale, il ne permet pas une pénétration optimale de la lumière, ce qui va faire que la pièce sera un peu sombre.

L’adoption d’un triple vitrage, de par ce problème de luminosité, ne doit pas vous freiner, car un constructeur professionnel vous proposera sûrement des solutions comme des verres spéciaux.

Il est également à noter que l’adoption d’un triple vitrage n’est pas obligatoire, car un double vitrage peut être suffisant pour votre maison passive. En effet, si la construction se fait dans une région où il ne fait pas si froid l’hiver, vous pouvez opter pour le double vitrage qui est moins cher que le triple vitrage. Rappelez-vous quand même que le double vitrage a une durée de vie plus courte que le triple vitrage.

Partager :