Taux de pret immobilier 2019: les pièges a eviter

1298
Partager :

Avant d’obtenir un prêt immobilier, il est important de suivre quelques étapes. Parmi celles-ci, il y a le calcul de la somme due par l’emprunteur grâce au taux de prêt immobilier. Cependant, il peut arriver que ce calcul contienne quelques erreurs. Voici alors dans cet article, les pièges à éviter pour atteindre son objectif de financement avec succès et quiétude en 209.

Taux de prêt immobilier : qu’est-ce que c’est ?

Le taux de prêt immobilier permet d’estimer la somme due par l’emprunteur à l’organisme bancaire afin qu’il mette à sa disposition les fonds dont il a besoin pour financer son projet. En partie, il détermine donc le prix du crédit. Les autres composants qui entrent dans ce calcul sont :

A lire aussi : Investissement : les inconvénients de la location meublée

  • Le montant du prêt;
  • La durée sur laquelle l’assuré va emprunter ;
  • La périodicité du paiement du capital et du remboursement des intérêts.

Par ailleurs, le taux de crédit immobilier s’applique également sur le montant emprunté et permet d’avoir une idée sur la somme des intérêts à verser, en fonction de la durée du paiement du crédit.

Taux de crédit immobilier : quels sont les pièges à éviter pour son financement immobilier ?

Pour mener à bien son financement immobilier, il est nécessaire de faire attention aux différents pièges :

Lire également : Immobilier : qui supporte les frais de notaire ?

Ne pas faire jouer la rivalité des établissements bancaires

Tout d’abord, avant de contracter un crédit immobilier, il est important de faire jouer la concurrence des établissements bancaires. Certains proposent des solutions très différentes en fonction de leurs clients, des produits proposés et de la méthode adoptée. Cette méthode dépend de deux paramètres à savoir :

  • La volonté de captation des clients

La plupart des établissements bancaires mettent en avant des taux très attractifs dans le but de capter un bon nombre de clients alors que d’autres n’appliquent pas cette politique.

  • La politique de risque

En fonction de cette politique, les banques proposent des conditions d’offres de crédit bien distinctes, précisément sur la durée du crédit ou sur la somme de l’apport. Ainsi, en fonction de la banque interrogée, il se pourrait que l’assuré reçoive un refus ou que l’offre qui lui est faite ne soit pas la plus appropriée à sa situation. Il est donc préférable de commencer par interroger sa banque. D’ailleurs, il est possible de contacter un courtier de crédit immobilier qui peut aider à comparer les offres et obtenir celle qui est la plus intéressante.

Ne pas s’informer sur les aides auxquelles l’assuré a droit

Plusieurs aides sont disponibles et peuvent permettre à l’assuré de participer au financement de son bien immobilier. Il faut alors prendre le temps de se renseigner sur les différentes aides allouées par l’État. Par ailleurs, pour encourager l’accès à la propriété, la plupart des collectivités ont développé des aides destinées notamment aux familles avec des salaires modestes ou aux primo-accédants. Des aides de la Caisse allocation familiales (CAF) peuvent aussi être attribuées en fonction de certains paramètres : le nombre de personnes dans le ménage, les revenus, et le lieu de vie.

Ne pas prendre en compte toutes les conditions de l’offre de crédit

Bon nombre d’assurés s’intéressent uniquement au taux d’intérêt. Cependant, plusieurs conditions doivent être prises en compte. Il s’agit principalement :

  • Le TAEG

Le TAEG correspond au taux global de son crédit immobilier. Autrement, le TAEG prend en compte la totalité des frais engendrés que sont : le taux d’intérêt, les dépenses de courtage s’il y en a, les frais de dossier, le prix de l’assurance emprunteur, le prix des garanties et les frais annexes.

  • Le reste à vivre

Il s’agit là de la somme restante une fois que toutes les charges sont payées.

  • Le taux d’endettement

Il est important de prendre en considération le taux d’endettement puisque certains établissements bancaires sont attentifs à l’ensemble des points du dossier, notamment le taux d’endettement. Vu que ce dernier détermine la capacité de prêt, il ne doit pas dépasser 33% de ses revenus.

  • La durée du crédit

La durée du crédit a une importance capitale sur le prix total du crédit immobilier. En effet, plus le débiteur emprunte sur une longue durée, plus les intérêts seront également élevés et plus il mettra du temps à rembourser son capital. Il faut donc noter qu’en choisissant d’étendre la durée du crédit, la capacité d’emprunt va s’accentuer.

Un calcul simple et précis pour connaître le taux d’endettement

Au sein de notre article, nous avons évoqué le fameux taux d’endettement. Plus il est élevé, plus la situation est risquée. Vous ne pouvez donc pas emprunter de l’argent puisque vos ressources ne sont pas suffisantes par rapport à toutes les dépenses. Il faudra alors réduire ces dernières ou augmenter vos revenus pour être certain que la capacité d’emprunt soit celle escomptée. Pour calculer votre taux d’endettement actuel, c’est assez facile si vous vous tournez vers un site spécialisé.

Vous renseignez les charges mensuelles à savoir les crédits que vous devez déjà rembourser, les loyers… En ce qui concerne les salaires, il faut renseigner ceux qui sont perçus avant le prélèvement à la source. N’oubliez pas toutes les rentrées d’argent qui permettrait à votre taux d’endettement de diminuer. Vous pouvez donc renseigner les loyers perçus, les primes… Le simulateur s’occupe du calcul et vous aurez même une indication précise. 

En effet, si la couleur de la flèche est bleue, vous êtes dans une configuration optimale pour demander un crédit ! Par contre, lorsqu’elle sera rouge, vous ne pourrez pas demander un crédit à la consommation ou immobilier puisque votre taux d’endettement est beaucoup trop élevé. Lorsqu’il est supérieur à 33 %, il est impossible d’effectuer une telle demande. 

Comment améliorer sa capacité d’emprunt ?

Imaginons que vous avez déjà des crédits et vous souhaitez acheter un petit appartement pour de l’investissement locatif. Il est conseillé de vous rapprocher d’un organisme spécialisé. Il effectuera une étude de votre situation et il peut vous proposer un rachat de vos crédits. Vous aurez ainsi une seule mensualité avec un seul taux d’intérêt, cela permet de gagner du pouvoir d’achat. De plus, vous pouvez bien sûr demander une rallonge suffisante pour acheter votre logement.

N’oubliez pas de mentionner cet investissement locatif, les revenus permettront de rembourser une partie du prêt. C’est un signal positif pour les banques qui sont généralement moins réfractaires à l’idée de proposer un tel prêt. C’est donc la meilleure méthode pour augmenter la capacité d’emprunt. Vous pouvez simuler votre situation personnelle afin de dénicher la meilleure configuration en fonction de vos besoins. 

Si vous n’avez pas de crédits en cours, il faudra chercher à accroître vos revenus ou à diminuer les dépenses. Pour ces dernières, chassez l’inutile, vous pourriez peut-être avoir un taux d’endettement nettement meilleur. 

Partager :