Quel bois choisir pour un parquet contrecollé ?

1083
Partager :

Le parquet contrecollé est souvent confondu avec le revêtement de sol stratifié. Or, ce dernier, qui est appelé parfois à tort « parquet », n’est pas composé de bois, mais plutôt de résine ; c’est donc une imitation du bois. D’autre part, les parquets contrecollés sont constitués de trois couches : une couche de surface en bois véritable et deux couches de dérivés du bois. Voici tout ce qu’il faut savoir pour bien choisir votre parquet contrecollé.

Les avantages de l’installation d’un parquet contrecollé

Le principal avantage du parquet contrecollé est qu’il présente un très bon rapport qualité-prix, c’est d’ailleurs l’une des raisons de sa popularité. En réalité, il a été pensé au XXe siècle pour fournir un revêtement de sol en bois à moindre coût. Il est dès lors proposé en une variété d’essences de bois et de couleurs, mais également en différentes finitions contribuant à sa résistance et sa durabilité. Un propriétaire peut ainsi choisir son parquet contrecollé en chêne, en épicéa, en sapin…

A lire aussi : Problème de serrure : Que faire pour limiter les dégâts ?

Par ailleurs, les parquets contrecollés sont faciles à transporter et à poser. Étant donné qu’ils sont légers et fabriqués industriellement, leur mise en place ne nécessite pas de compétences particulières, contrairement aux parquets massifs.

Le parquet contrecollé est également très semblable au parquet massif. Il est fabriqué à partir d’une véritable couche de bois, ce qui fait que certains ne parviennent pas à faire la différence entre les deux. De plus, vous avez la possibilité de le personnaliser en fonction de votre projet, de votre espace et de vos préférences. Enfin, ce revêtement est plus résistant à l’humidité et plus approprié pour le chauffage au sol que la version du parquet massif.

Lire également : Comment faire un tableau végétal stabilisé ?

choix parquet contrecollé

Comment choisir le bon bois pour votre parquet ?

Il convient de souligner que les essences de bois sont classées en fonction de leur dureté intrinsèque. Afin de déterminer leur résistance finale, il faut combiner l’épaisseur du revêtement du bois à la dureté. De ce fait, vous obtiendrez la catégorie d’utilisation appropriée pour chaque pièce à vivre de votre maison :

  • classe de dureté A, les bois tendres : épicéa, sapin,
  • classe de dureté B, les feuillus moyens : peuplier, noyer, mélèze,
  • catégorie C, les bois durs : chêne, châtaignier, frêne, érable, hêtre, eucalyptus, iroko, makoré, moabi, orme, etc.,
  • catégorie D, les bois très durs : robinier, palissandre, wengé, jatoba, ipé, cabulba, merbau, etc.

En termes de couleurs, les bois clairs offrent une ambiance scandinave tandis que les bois foncés créent une atmosphère rustique.

Conseils d’entretien et de nettoyage

Vous n’avez pas à vous inquiéter concernant l’entretien de votre parquet contrecollé. Tout ce que vous aurez à faire, c’est de passer l’aspirateur régulièrement et d’essuyer avec une serpillière humidifiée si nécessaire. S’il y a des taches sur le revêtement, nous vous conseillons d’éviter les produits agressifs et d’utiliser des méthodes naturelles comme le savon noir dilué dans l’eau.

En termes d’entretien, le parquet contrecollé offre les mêmes finitions que le parquet massif (ciré, huilé et vitrifié) et peut donc être traité de la même manière.

Le parquet contrecollé a plusieurs avantages à offrir en termes d’esthétique, de prix et de praticité. Cependant, son choix implique la prise en compte de nombreux facteurs comme l’essence de bois, l’épaisseur, la finition, la pièce de destination…

Partager :