Tout savoir sur la pompe à chaleur géothermique

208
Partager :

Pour faire des économies d’énergie, on peut vous proposer de changer de système de chauffage. On peut alors vous parler de pompe à chaleur géothermique. Cette dernière a recours à l’énergie présente sous la terre pour chauffer le logement et produire de l’eau chaude sanitaire. Son utilisation peut vous promettre une nette baisse de votre consommation énergétique. Avant d’envisager son installation, nous allons vous en apprendre plus sur la PAC à géothermie.

La pompe à chaleur géothermique, kesako ?

On distingue différents types de pompes à chaleur et elles se distinguent par le fonctionnement. La PAC géothermique, appelée aussi PAC à géothermie, fonctionne sous le principe de la géothermie. Pour être plus clair, elle utilise l’énergie dans le sol pour chauffer et garantir la production d’eau chaude sanitaire d’un logement. Des capteurs sont enfouis dans le sol pour récupérer cette énergie. Ces calories sont transformées en chaleur avant d’être diffusée.

A découvrir également : La douchette wc, un must have pour une toilette plus saine !

Les particularités de la PAC géothermique

Les PAC géothermiques sont moins plébiscitées que les PAC aérothermiques, mais côté fonctionnement, elles ont des points communs. Pour leur installation, on enterre dans le sol des capteurs qui absorbent dans le sol les calories. Lorsque le fluide frigorigène entre en contact avec ces dernières, il va se transformer en gaz pour chauffer et produire l’eau chaude. Le gaz reprend la forme liquide et le cycle recommence. La pompe à chaleur à géothermie est très efficace, et ce, peu importe la saison. Vous n’aurez pas forcément besoin de chauffage d’appoint, même si les températures baissent à moins de 0°C.

A lire en complément : Faut-il investir dans un robot laveur de sol ?

On peut aussi considérer la PAC géothermique comme une petite famille, car on distingue :

  • Les PAC sol-sol dont le fluide frigorigène circule dans l’intégralité du système. On en retrouve de moins en moins sur le marché à cause de la réglementation sur les fluides frigorifiques,
  • Les PAC sol-eau qui captent l’énergie du sol et le transforme pour avoir des calories pour les envoyer au système de chauffage,
  • Les PAC eau glycolée-eau qui, elles, ont des capteurs remplis d’eau glycolée. C’est cette dernière qui assure le transport de la chaleur vers le circuit de chauffage,
  • Les PAC eau-eau qui puise de l’énergie dans la nappe phréatique à proximité. Ce type de PAC est catégorisé parmi les modèles géothermiques, car elle tire de l’énergie dans le sol.

Le réseau de captage pour le PAC à géothermie

Pour l’installation d’un PAC géothermique, on doit installer dans le sol de votre propriété un réseau de captage. D’un système à un autre, le type de capteurs et le système de captage utilisés ne sont pas les mêmes. On a trois types de captage possibles :

  • Le captage horizontal au sol qui est la plus précisée, car elle est moins chère et facile à mettre en place. Pour ceci, on enterre à une profondeur entre 60 et 120 cm des tubes formant un circuit fermé. Précisons toutefois que l’emprise au sol pour cette installation est plus importante, car le réseau doit faire au moins 1,5 fois la surface à chauffer,
  • Le captage vertical au sol : si vous n’avez pas un grand jardin, vous ne pouvez pas vous permettre le captage horizontal au sol. On vous conseille dans ce cas le captage vertical. Pour cette technique, on insère un tube, appelé plus précisément la sonde géothermique, dans un forage d’une profondeur pouvant aller jusqu’à 150 m. L’emprise au sol est beaucoup plus minime, mais les travaux seront plus importants et nécessitent même la réalisation de certaines démarches administratives,
  • Le captage vertical sur nappe phréatique : ce type d’installation ne concerne que la pompe à chaleur géothermique eau-eau. Si vous avez une nappe phréatique en dessous de votre propriété, cette installation peut être envisagée, car rappelez-vous : le PAC eau-eau a un COP de 5. C’est tentant, mais l’installation peut vous revenir chère, car en amont, une étude du terrain et de l’eau de la nappe est requise.

Si vous êtes décidé à choisir une pompe à chaleur géothermique, ne faites pas de l’installation votre critère de choix primordial. Vous devez d’abord trouver un équipement adapté à votre logement et à vos besoins. Pour ce faire, référez-vous au COP et à la puissance calorifique. Si le prix de l’appareil que vous avez choisi est en dehors de votre budget, rassurez-vous : vous pouvez bénéficier d’aides financières.

Partager :